23/04/2007

LA CAVALE

22h00 : déjà quelques verres dans le nez

22h30 : on se prend la tête pour une divergence d’opinion

22h45 : il commence ses insultes et la colère monte, il entame ses reproches

23h00 : le calvaire commence

23h30 : il veut se barrer en voiture, mettre fin à ses jours, me mettre sa mort sur la conscience

00h00 : il casse tout

00h30 : j’en peux plus, je tremble, j’essaye de trouver un moyen de m’en sortir, de partir : pas d’issue (la porte d’entrée est fermée et pas de clé)

01h00 : je me réfugie dans sa chambre, j’appelle la police, il arrive avant que je ne termine de donner l’adresse, il arrache le tel de mes mains et le jette contre le mur : plus de moyen de communication, je suis coincée

01h15 : il me projette contre le mur et veut m’étrangler, je me débats

01h45 : je n’en peux vraiment plus, il faut que je trouve une solution. Heureusement, la porte du garage était restée ouverte, je m’enfuis vite sur la pointe des pieds pendant qu’il casse tout dans sa chambre, déchire les vêtements…

01h50 : je cours aussi vite que je peux, j’ai peur qu’il me rattrape. Je n’ai pu récupérer que quelques affaires mais plus de Gsm

01h55 : je sonne chez des gens, tremblante, en larme

02h00 : un jeune couple m’accueille, je leur explique, ils comprennent et me soutiennent. Je rappelle la police

02h15 : la police arrive

02h20 : ils se rendent à son domicile, il est parti, j’ai peur qu’il fasse une connerie

02h25 : ils appellent d’autres patrouilles et se mettent à sa recherche

02h50 : ils ne l’ont pas retrouvé

03h00 : ils me ramènent chez mes parents

 

14h00 : il me rappelle, il s’excuse, il remet ça sur le dos de l’alcool et une accumulation de « trop plein »

14h15 : il m’avoue que je suis quand même un peu responsable de son état, que je détruis sa vie

14h30 : il exige de me voir tout de suite sinon, il risque de faire encore une connerie

14h31 : je refuse, je suis toujours sous le choc

15h30 : il insiste, il pleure, il dit qu’il m’aime…je craque

16h30 : je suis dans ses bras

 

Moi qui soutient l’association « ni putes, ni soumises », je suis vraiment mal barrée.

Je n’arrive pas à mettre un terme à cette relation. Peut être parce qu’il m’apporte ce que d’autres hommes n’ont jamais pu m’offrir. Je sais qu’il va me détruire et pourtant, je pardonne, je reviens toujours.

Je lui laisse une dernière chance. Du moins, j’aimerais y croire…

 

11:38 Écrit par | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.